Bienvenue sur mon blog

Nouvelles & échanges

Changer le monde revient à se changer soi-même, nous ne le voyons qu’à travers nos propres filtres.Antoine Jove

Du nous sans moi …

Les êtres humains sont amusants : ils s’effrayent des phénomènes météorologiques de plus en plus fréquents (inondations, sècheresses, ouragans et autres cyclones, fonte des glaces, records de température), hurlent face à la pollution (continents de plastique, montagnes de mégots, saturation par les ondes invisibles, airs irrespirables), se désespèrent de ce qu’ils doivent consommer (additifs en tout genre partout, animaux gavés de médicaments, fruits et légumes optimisés génétiquement, sels et graisses en abondance) MAIS

* Continuent à faire leurs courses dans les supermarchés en payant du bio deux fois plus cher (pour ceux qui peuvent), jettent des tonnes d’emballages, sans encourager les productions locales (elles sont trop moches ces tomates dans ce cageot réutilisable !). Et encore, là, je parle de ceux qui ont de quoi manger et des magasins à côté de chez eux … (bien qu’ils passent leur temps à se plaindre)

* Refusent que le diesel augmente et que la vitesse soit limitée ou que la circulation dans les villes soit restreinte (comment je fais pour aller travailler sans voiture ?) (bon, c’est vrai que dans pas mal d’endroit c’est pas si simple) (mais quand même, qu’ils aillent dans les pays sans route, sans pompe à essence, … )

* Ne font rien pour isoler leurs habitations (ou attendent des subventions pour le faire). Alors que dans pas mal d’endroit, le problème est plutôt d’en avoir une d’habitation …

Bref … ils sont OK pour que les autres fassent des efforts mais surtout pas eux (ou alors un peu : éteindre l’eau en se lavant les dents par exemple …) et compatissent mais pas au point de se rendre compte de leurs privilèges (exorbitants dans certains pays dits civilisés)

Et puis, de toute façon, si ça se trouve ce n’est pas à cause des êtres humains si la planète se consume (personne n’a encore accuser les fourmis ou les mouches mais cela ne devrait pas tarder). Il parait même qu’il y aura une petite période glaciaire en 2030 alors … On ne va quand même pas nous taxer parce que l’on pollue !

Et puis si les poissons disparaissent, et les animaux aussi, il restera toujours des insectes … ou d’autres êtres humains à manger ?

Bon … autant vous l’avouer je ne suis pas mieux que la moyenne (si quand même, je ramasse les papiers par terre …).

Il me semble que la bonne question serait : comment réorganiser la société pour qu’elle produise des biens permettant de moins « polluer » (au sens large) tout en générant de quoi vivre pour tous les individus, sans passer par la case guerre mondiale ou la solution épidémie fatale généralisée.
Bien sur certaines professions disparaitraient, d’autres naitraient, les revenus (et donc la consommation) seraient plus lissés (tout en restant au même niveau médian), … ce serait donc pendant une période relativement longue le « bordel ». En même temps, c’est déjà pas mal le souk.

Idéaliste … oui c’est vrai et alors ?

Vous pensez qu’en basculant de plus en plus vers des régimes extrémistes (de gauche ou de droite, si tant est que cela veut encore dire quelque chose), cela sera mieux ? Qu’il y aura un dictateur éclairé qui fera régner une paix mondiale (en se débarrassant de tous ceux qu’il considère comme inférieurs au passage quand même) ? J’ai des doutes comme disait l’autre humoriste …

En attendant, ne pouvant pas vraiment changer le monde à mon humble niveau, je vais continuer à me contenter d’observer ce que cela donne tout en savourant les petits plaisirs de la vie (ayant pour l’instant, je touche du bois, la chance de pouvoir en profiter largement)

PS : il s’agit juste d’un état d’âme passager, ne vous inquiétez pas, Viva la vida 😉

Pas de commentaire.